Odalie

Sophie Griffon

Une ode au contraste

Sophie Griffon : Synthétiseurs, Mao
Paolo Rezze : Violoncelle

Ce duo travaille le contraste : celui qui oscille de moments intimistes à de grands voyages musicaux avec multiplication de nappes sonores. Elle joue du synthétiseur et du bol tibétain, dit chantant. Sa vibration, grandiose, nous est restituée après transformation. Il joue du violoncelle. Le contraste joue aussi à cet endroit en opposant la froideur de l’électronique à la chaleur de l’instrument.